Santé

Des solutions naturelles pour lutter contre l’endométriose

Lutter contre l'endométriose

L’endométriose est une maladie gynécologique et chronique touchant aujourd’hui plus d’une femme sur 10, en France. S’il n’existe pas de traitement véritable pour éradiquer la maladie, il est tout de même possible de trouver des solutions pour lutter contre les symptômes liés à la maladie et les diminuer pour retrouver plus de bien-être. Quelles sont les solutions naturelles pour lutter contre l’endométriose ? 

Traiter l’endométriose avec les plantes

Les bienfaits des plantes ne sont plus à prouver et il est possible également de lutter contre la douleur et l’inflammation liées à l’endométriose en ayant recours à des tisanes ou des infusions. Plusieurs plantes et épices sont recommandées pour aider les femmes souffrant d’endométriose ou lors d’une crise particulièrement forte. Certaines plantes sont très efficaces pour les douleurs pelviennes ou les contractions utérines liées au cycle menstruel. Il est possible de citer : 

  • le thé vert, à consommer tout de même avec modération car la théine peut être inflammatoire
  • l’achillée millefeuille et la pivoine permettant de décongestionner l’utérus, de diminuer les douleurs et de rééquilibrer la sphère hormonal souvent à l’origine des douleurs d’endométriose
  • le curcuma, un puissant anti-inflammatoire, sous forme d’extrait de plantes appelé curcumine.

Les médecines alternatives

Lorsque l’on souffre d’endométriose, il peut être judicieux de faire appel à un ostéopathe, à même de proposer des solutions et des mouvements soulageant de manière significative les douleurs et les symptômes de l’endométriose. L’ostéopathie diminue les facteurs d’inflammation en travaillant sur les différentes zones de tension du corps, sur les problèmes circulatoires (sang, respiration) et sur certaines zones souffrant d’un manque de mobilité et pouvant donc “coincer”. 

L’acupuncture est utilisée pour diminuer les douleurs pelviennes de l’endométriose mais aussi les dysménorrhées (crampes menstruelles). C’est surtout une méthode visant à améliorer le flux énergétique du corps, ce qui permet d’agir sur les symptômes et les douleurs. 

Dans la médecine chinoise, en plus de l’acupuncture, il est aussi possible de faire appel à la pharmacopée. Cette méthode, moins classique que certaines autres, permet surtout de réguler la circulation sanguine ainsi qu’à tonifier les reins et le flux énergétique (Qi). Elle peut comprendre des plantes comme l’angélique chinoise ou la corydalis qui agissent sur les symptômes de l’endométriose et sur la stérilité. 

La nutrition joue un rôle 

Faire attention à son alimentation aide à lutter contre les symptômes d’une maladie chronique comme l’endométriose, le cancer ou les pathologies digestives ou thyroïdiennes. Il est possible d’être soulagé grâce à l’alimentation. Il est conseillé d’adopter une alimentation riche en antioxydants et anti-inflammatoire. Il faut veiller à privilégier les oméga 3.

Augmenter son apport en oméga 3 aide à diminuer la production de prostaglandines (qui peuvent déclencher des contractions utérines) favorisant l’inflammation et issues des oméga 6, à fortement diminuer. 

Il vaut mieux également diminuer voire supprimer les protéines d’origine animales et mettre plus de fibres végétales dans son alimentation.
Les légumes verts doivent forcément se trouver dans votre assiette en grande quantité. Il faut privilégier les fruits et les légumes bio et ne pas lésiner sur les légumineuses.
La viande rouge a plutôt tendance à provoquer de l’inflammation et du stress oxydant et n’est donc pas compatible en cas d’endométriose. 

Même si cela n’a pas réellement été prouvé scientifiquement, il peut aussi être malin de diminuer ou de supprimer le gluten de votre alimentation. C’est aussi le cas avec le lactose.